Le choix du bon type de logement est la clé de réussite du maintien à domicile

Saviez-vous que, selon les chiffres de l’Agence des soins et de la santé de la Communauté flamande, 95 % des personnes de plus de 65 ans souhaitent rester dans leur propre environnement domestique ? Dans ce contexte, un bon support et une habitation adéquate sont cependant essentiels à la réussite du maintien à domicile. Heureusement, il existe diverses formes d’hébergement qui conviennent à toutes les étapes de la vie.

Un logement qui s’adapte aux besoins de la vie

Lorsque l’on se lance dans la construction d’une maison en 2021, il convient de tenir compte de l’avenir et de s’assurer, par des modifications mineures, que son logement s’adapte aux besoins de la vie. Par exemple, de larges portes pour permettre le passage d’un fauteuil roulant plus tard, ou un large escalier avec suffisamment de place pour un monte-escalier. Dans les maisons plus anciennes, il est souvent plus difficile de faire les ajustements nécessaires. Dans ce cas, pour assurer le maintien à domicile en toute indépendance et tout en garantissant suffisamment d’intimité, une forme d’habitation partagée représente souvent la seule solution.

L’habitation partagée

Dans son Guide du logement au quotidien pour les personnes âgées, la société Stannah rappelle que le concept d’habitation partagée à un âge avancé pour combattre la solitude, bénéficier d’aide et vivre de manière économique existe depuis le Moyen Âge. L’idée a résisté à l’épreuve du temps, de sorte qu’il existe aujourd’hui des formes d’habitation partagée confortables. En voici quelques exemples :

- Un complexe de logements pour personnes âgées et personnes d’âges différents: un groupe de personnes vivent ensemble de manière individuelle. Chacun a sa propre maison complète, mais certains espaces comme la buanderie, le jardin, les places de parking, etc. sont partagés. Il existe un fort sentiment de communauté, mais personne ne doit renoncer à son propre espace ni à sa vie privée.

- Une maison kangourou : deux maisons indépendantes sont reliées entre elles. Chaque ménage a sa propre maison, mais les résidents peuvent entrer chez l’autre depuis leur propre maison. Il s’agit souvent d’un fils ou d’une fille adulte qui s’occupe de son ou ses parents qui ont besoin d’aide.

- Un logement de soins : tout comme la maison kangourou, un logement de soins est souvent installé pour faciliter la fourniture de soins prodigués par les aidant proches. Cependant, un logement de soins mobile n’est pas construit selon une méthode traditionnelle sur une autre maison, mais installée dans le jardin de l’aidant proche. De cette façon, il n’est pas nécessaire de procéder à des travaux importants à la maison principale et l’aide est néanmoins toujours à proximité.

- Habitations couplées : plusieurs appartements ou maisons sont situés dans un même bâtiment. Ici aussi, les résidents ont tous leur propre maison, mais ils s’entraident. Les gens engagent des soins de manière conjointe et se tiennent mutuellement compagnie. Un bloc d’habitations comme celui-ci est appelé « harmonica living ».

Votre maison idéale

Quel que soit le type de logement que vous préférez, il est important que vous puissiez trouver un équilibre entre la prestation des soins nécessaires et votre besoin de vivre de manière indépendante, en toute sécurité et dans le confort. Vous êtes intéressé(e) par la maison kangourou ou le logement de soins ? Dans ce cas, n’hésitez pas à nous contacter. Nous serons heureux de discuter avec vous des différentes possibilités et de trouver une solution adaptée à vos besoins et à vos souhaits.